Les professionnels de santé ont l’habitude d’intervenir en situation d’urgence vitale. Mais, lors des attentats, ils ont été confrontés à des situations de tension extrême qui les a conduits à s’interroger sur leur rôle. Certains établissements de santé ont décidé d’organiser des formations sur les risques attentats. C’est le cas, par exemple, de la clinique des Cèdres à Toulouse.

[…] A priori, les gens que nous formons connaissent déjà les gestes de survie, explique le docteur Pascal Debove, l’initiateur de ce module « urgence attentat ». Mais nous voulons arriver à les automatiser pour qu’ils deviennent des réflexes dans une situation de stress intense. Le but est donc de les former dans les conditions les plus réelles possible ».

Cette formation d’une journée met l’accent sur le tri des victimes et les premiers gestes de secours. « Elle permet aussi de gérer l’urgence vitale en fonction de son degré de gravité grâce à la mise en place d’une salle de tri », explique ce clinicien cité par le site de La Depêche.

Plusieurs professionnels de santé, dont un urgentiste du Samu de Paris, présent au Bataclan le 13 novembre, interviennent lors de la formation.

En tant qu’organisme de formation pour la prévention des risques professionnels, A.I.FOS propose aussi un module « Prévention de la menace attentat ».